Skip to content
Magnifyer showing CO2 label on oat drink pack

UNE BOISSON À L’AVOINE AVEC ÉQUIVALENT CO2

Si vous vous demandez comment et pourquoi nous avons obtenu ce chiffre, vous êtes au bon endroit!

L’impact climatique de nos produits s’exprime en kilogrammes de CO2e par kilogramme de produit alimentaire préemballé. Les calculs se basent sur une méthodologie d’évaluation du cycle de vie, de la ferme jusqu’au magasin. Dans notre cas, cela signifie que nous tenons compte de toutes les étapes du cycle de vie, de la production d’intrants agricoles, en passant par l’agriculture, le transport, la transformation, l’emballage et la distribution, jusqu’au moment où le produit arrive au rayon épicerie. Par conséquent, l’empreinte climatique ainsi calculée ne prend pas en considération le transport de l’épicerie jusqu’au domicile, la cuisson du produit ou l’élimination de son emballage.

Il est important de noter que nous œuvrons continuellement à améliorer et à actualiser les données relatives à l’empreinte de nos produits, ce qui signifie que ces chiffres changeront au fil du temps. Nos chiffres les plus récents sont toujours indiqués sur notre site web. Modifier un chiffre sur papier imprimé est en effet bien plus chronophage que sur un support numérique.

VÉRIFICATION PAR DES TIERS

Les calculs sont effectués par notre spécialiste LCA (Évaluation du cycle de vie) avec un outil basé sur un modèle biophysique, résultat de plus de 20 ans de réalisations scientifiques, détenu par l’entreprise CarbonCloud. Une fois que nous avons fait les calculs, CarbonCloud les vérifie. 

EUH... L’EMPREINTE CLIMATIQUE, KÉZAKO ?

Toutes les valeurs sont exprimées en équivalent dioxyde de carbone (CO2e) – la même mesure que celle utilisée par la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) et la Commission européenne –, qui convertit les effets variables de différents gaz en quantité équivalente de dioxyde de carbone (CO2) ayant le même potentiel d’effet de serre. Autrement dit, vous pouvez comparer un vol avec un morceau de viande ou un pull avec un verre de boisson à l’avoine (ou pour être plus logique, deux différentes viandes ou un vol avec un trajet en train).

Cloud shaped divider

QU’EST-CE QUI EST INCLUS DANS LES CALCULS DE NOS BOISSONS À L’AVOINE?

  • Agriculture : les émissions liées à la production agricole, p. ex. d’avoine, de colza et d’autres ingrédients. Entre autres, ceci inclut les émissions de N2O (protoxyde d’azote) provenant des sols et celles de CO2 (dioxyde de carbone) issues de la production et de l’utilisation de combustibles/d’électricité pour les tracteurs et de tout autre usage de matériel agricole. Les émissions liées aux engrais et aux pesticides sont également incluses.
  • Transformation des ingrédients : la consommation d’électricité et de gaz au moulin (décorticage d’avoine) et dans l’installation de production d’huile de colza.
  • Transport des ingrédients : le transport des ingrédients du champ jusqu’à l’usine et entre les usines.
  • Usine Oatly : la consommation d’électricité et de gaz dans les installations de production de boissons à l’avoine et à base d’avoine.
  • Emballages : les émissions liées à la fabrication et au transport de matériaux de conditionnement et d’emballages. 
  • Distribution : la distribution du produit final de l’usine jusqu’au marché. Les calculs tiennent compte du fait que certains transports sont frigorifiés.
Oat drink flowchart from agriculture to factory to product and shipping to the store
Cloud shaped divider - Bottom
think bubbles

QU’EST-CE QUI N’EST PAS INCLUS ET POURQUOI ?

La production d’équipement/de machines et la construction de bâtiments n’est pas incluse dans les calculs, ni les pertes de produits après remplissage. La navette domicile-travail de nos employés ou les activités commerciales plus générales comme la recherche, le développement de produit, les ventes et le marketing ne sont pas non plus comprises. Il est en effet difficile d’attribuer ces émissions de gaz à effet de serre à un produit spécifique. Par ailleurs, on estime qu’elles sont infimes par rapport au total des émissions de «cycle de vie» «d’un produit».

ET QU’EN EST-IL DE LA VIE DU PRODUIT APRÈS LE MAGASIN ?

Les calculs comprennent les étapes de la ferme jusqu’au magasin. Nous vous entendons déjà protester. «Hé, cela ne couvre pas l’intégralité de la vie du produit !» C’est vrai, mais nous ne savons pas ce qu’il advient du produit après son passage en magasin. Par exemple, comment est-il transporté par le consommateur, quelle distance parcourt-il, son emballage est-il recyclé et si oui, comment. En ce qui concerne l’impact climatique du produit après son passage en magasin, vous pouvez donc changer les choses ! 

SI NOS RAPPORTS DÉTAILLÉS VOUS INTÉRESSENT, VOUS TROUVEREZ LES PLUS RÉCENTS CI-DESSOUS:


Boissons enrichies à température ambiante Oatly SE

Barista FIN

Barista R.-U.

A dug hole
pile of dirt with a shovel
Cloud shaped divider

POURQUOI EST-CE IMPORTANT ?

Un tiers environ des émissions de gaz à effet de serre dans le monde proviennent du système alimentaire*. En fait, même si nous cessions d’utiliser aujourd’hui tous les carburants fossiles, le système alimentaire à lui seul nous ferait dépasser l’objectif fixé par l’Accord de Paris de maintenir le réchauffement mondial en dessous de 1,5 degré**. Ainsi, il est évident que quelque chose doit être fait et les consommateurs peuvent avoir un rôle important à jouer. Pourtant, les informations sur l’impact climatique de nos régimes alimentaires semblent absentes***.

Alors, nous nous sommes dit qu’il serait utile que les gens puissent voir et comparer l’impact de différents produits dans leur rayon épicerie, avant même de les mettre dans leur chariot. Cependant, ce n’est pas une décision que nous, petite entreprise de boissons à l’avoine, avons prise à la légère. Selon nous, responsabiliser le consommateur devrait être inscrit dans la loi, sinon devenir un droit humain. Parce que, si l’on y réfléchit, l’obligation de présenter l’empreinte climatique d’un produit n’est pas si différente des règles régissant l’étiquetage des matières grasses, du sucre et d’autres nutriments. Toutefois, parvenir à une décision concertée sur la marche à suivre va prendre du temps. En attendant, nous avons décidé d’afficher sur nos emballages ou sur notre site web l’impact climatique — calculé en kilogrammes de CO2e — de nos produits.

Cloud shaped divider - Bottom

À QUOI CELA EST-IL COMPARABLE ?

C’est bien ça le hic. Actuellement, ces chiffres ne sont pas vraiment parlants car il n’existe pas de point de comparaison. Par exemple, le chiffre de 0,38 de CO2e est-il médiocre ou passable ? Pour que ces calculs soient utiles, il faudrait bien sûr que davantage d’acteurs du secteur alimentaire mettent leurs chiffres sur la table, ou du moins sur leur emballage. Certains d’entre vous se souviennent peut-être de notre campagne «Show us your numbers» (montrez-nous vos chiffres) dans laquelle nous encouragions les entreprises alimentaires à publier leurs empreintes climatiques. Nous n’y avons pas renoncé. Alors, pour établir une comparaison, n’hésitez pas à contacter les producteurs alimentaires, en leur demandant poliment de vous montrer leurs chiffres. Si cela peut vous aider, vous pouvez leur parler de cet article.

En Allemagne, nous avons décidé de lancer une pétition appelant à rendre obligatoire l’étiquetage climatique sur les déclarations nutritionnelles. Ce processus avançant à petits pas, nous avons décidé de travailler de concert avec d’autres entreprises du secteur, en formant une alliance appelée «Together for Carbon Labelling» (ensemble pour l’étiquetage carbone). Consultez ce lien pour en savoir plus.

Et en attendant les résultats de cette initiative, pourquoi ne pas jeter un œil au site web «One Planet Plate» créé par le WWF suédois avec des chercheurs. Il pourra vous donner une idée de chiffres que l’on peut considérer comme raisonnables. Leur théorie avance que le calcul d’un menu hebdomadaire durable représente 11 kg de CO2e par personne, ce qui correspond à environ 0,5 kg de CO2e par repas.

OK, ALORS ON PEUT SE DÉTENDRE MAINTENANT ?

Non, pas du tout. Si nos produits sont plus respectueux du climat que nombre d’autres offres à base de produits animaliers, nous voulons les améliorer encore davantage. En fait, c’est exactement ce à quoi nous travaillons chaque jour ! Alors, si vous avez un peu de temps et si vous voulez tout savoir sur notre travail et là où nous en sommes, pourquoi ne pas consulter notre rapport de durabilité sur notre site web ? Cliquez ici et bonne lecture !